fbpx
Nous soutenons la cause animale via notre programme "Respect Animals".
Livraison en point relais offerte dès 50€ d'achat.
Paiements sécurisés via 3D secure ou Paypal.
Retour offert sous 15 jours.
Expédition à l'international.
Nous soutenons la cause animale grâce à notre programme "Respect Animals".
Livraison en point relais offerte dès 50€ d'achat.
Paiements sécurisés via 3D secure ou Paypal.
Retour offert sous 15 jours.
Expédition à l'international.

Fashion Revolution Week

Cette semaine, se tient du 20 au 26 avril la Fashion Revolution Week 2020. Cet événement, initié en 2014, fait suite à la catastrophe du Rana Plaza. Le 23 avril 2013, 1138 personnes ont perdu la vie et plus de 2500 autres furent blessées lors de l’écroulement d’une usine de prêt-à-porter au Bangladesh. De ce tragique événement émerge Fashion Revolution, une organisation ayant pour but de sensibiliser les consommateurs à l’impact social et environnemental de leurs achats textiles, et inciter les marques à davantage d’engagement et de transparence.

Cette catastrophe a participé à l’émergence de prises de conscience quant aux conditions de travail du secteur et une nouvelle vision s’est imposée : la slow fashion. Le principe est de voir se développer des marques de mode engagées et respectueuses des Hommes et de l’Environnement, de changer les modes de consommation pour favoriser la qualité à la quantité. C’est dans ce contexte que l’organisation Fashion Revolution a créé la Fashion Revolution Week, aux dates commémoratives de la catastrophe du Rana Plaza. La slow fashion vient en opposition à la fast fashion, qui séduit pour ses vêtements tendances, ses collections souvent renouvelées et surtout ses prix bas, dont les conséquences sociales et environnementales sont très négatives.

Nous avons (tous) le pouvoir de changer la mode

Cette année, l’organisation de l’événement appelle les millions de consommateurs du monde entier à faire campagne pour changer l’industrie du textile de manière structurelle. Les problèmes liés à la fast fashion ne concernent jamais une seule personne ou une seule entreprise, et doivent être traités de manière collective afin de faire pression sur un système tout entier.

Cela passe par exemple par l’excellente campagne mise en place par Fashion Revolution : #whomademyclothes. (traduit en français par : qui a fabriqué mes vêtements ?)

Avec cette question, les consommateurs sont encouragés à poser la question sur leurs réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram), où les marques peuvent répondre avec le hashtag #imadeyourclothes pour faire preuve de transparence tout au long de leur chaîne d’approvisionnement.

Comme l’explique la photo ci-dessous :

1/ Prenez-vous en selfie avec l’étiquette de votre vêtement

2/ Suivez la marque sur les réseaux sociaux

3/ Publiez votre photo sur les réseaux sociaux avec le message : « Je veux remercier la personne qui à conçu mon vêtement, @nomdelamarque #whomademyclothes ?

4/ Nominez 3 amis, pour les inviter à faire la même chose et contribuer à rendre notre message plus fort.

Comme le dit très justement Lucy Siegle, journaliste et écrivaine britannique sur les questions environnementales : « Fast fashion isn’t free, someone, somewhere is paying. (La fast fashion n’est pas gratuite, quelqu’un, quelque part, paie).

Nous devons donc prendre conscience que de l’éthique et de la transparence impliquent un prix plus élevé, mais largement justifié.

 

CONNEXION

INSCRIPTION

CONNEXION

INSCRIPTION